FRONTON DE BELUS

Dimanche 31 juillet

INCHAUSPE - AMULET

35

AGUIRRE - HARISMENDI

27

PEIO LARRALDE ET PEIO GUICHANDUT, GRANDS VAINQUEURS DU MASTERS 2016

Dimanche matin, les deux Peio ont écrasé de leur talent et de leur complicité confiante le Masters 2016 des fêtes de Bayonne. Alors que les paris étaient équilibrés avant la finale, ils n’ont jamais été vraiment inquiétés par la paire Etchegaray/Ducassou dont la baisse de forme en seconde partie a étonné. Les violets ont mené 10 à 9 avant que la jeune et talentueuse machine Larralde/Guichandut mette le turbot ne laissant aucune chance à leurs adversaires (20/ 13, 30/16, 40/17). Quelle vitesse et quelle force déployée par les quatre joueurs au départ ! L’envie de gagner et la qualité des équipes offrait un beau spectacle au nombreux public très vite séduit. La fin de la partie fut alors difficile à comprendre : Ducassou ne réagissait plus et semblait résigné devant les buts acérés et placés de Larralde, Etchegaray lâchait à plusieurs reprises laissant les Peio en pleine confiance s’envoler vers la victoire. Guichandut a été certainement le joueur le plus remarquable de ce Masters : mis en confiance par Larralde, et face au meilleur arrière actuel, il n’a pas lâché, relançant sans relâche, jouant avec la planche comme un vieux briscard, restant concentré et calme malgré l’enjeu. L’hommage que lui rendent aussi bien son partenaire Larralde que son adversaire Etchegaray dans les entretiens ci-dessous en témoignent. Quant à Larralde qui butte et termine les points sans faillir, bien coaché par Manu Martiarena et son père, il reste le roi actuel des canchas comme le prouve sa première place au classement ETPM (voir plus bas). Le Trinquet Moderne, plein comme une pelote blanche et rouge, s’est levé d’un seul homme quand Michel Etcheverry a entonné l’Angelus à midi pile. Plus tard, pelotazale et compagnies ont longtemps refait la partie de ce Masters qui consacre les rois Peio. Et maintenant, place aux fêtes de Cambo !

 Peio Larralde : « On était sûr de nos forces »

Julien Etchegaray : « On savait qu’une des deux équipes allait lâcher » 

LA VIDÉO DE LA PARTIE :

 


LEVER DE RIDEAU : MIGUELTORENA BAT DARMENDRAIL AU BOUT D’UN MAGNIFIQUE MANO A MANO (40 à 39)

Ceux qui ne sont venus au Moderne « que » pour la finale ont eu tort. Le lever de rideau a donné lieu à une partie héroïque et palpitante entre Alain Migueltorena et Mickael Darmendrail. Ces jeunes qu’Esku Pilota a su détecter et aider nous ont offert un spectacle sportif du plus haut niveau, à montrer dans toutes les écoles ! Savoir se surpasser pour aller au bout, ne jamais lâcher alors que les forces commencent à manquer, aimer assez sa passion pour batailler dignement : voilà la leçon que ces jeunes sportifs de haut niveau ont donné avec plaisir. Darmendrail était parti vite (9/1) avant que Migueltorena le rejoigne une dizaine de points plus tard. Commença alors un mano à mano qui devait prendre fin avec un ultime plongeon gagnant de Migueltorena au bout de l’épuisement. Malheur au vaincu qui méritait autant la victoire : dure loi du sport mais beau moment de sport qui fait croire aux plus jours pour la pelote basque à main nue.

lr1 - copielr3 - copie 2

 

lr4 - copie 2lr2 - copie

 

 

 

 

 

 


 

 

MASTERS DE BAYONNE, FINALE

Dimanche 31 juillet

LARRALDE - GUICHANDUT

40

ETCHEGARRAY - DUCASSOU

17

Lever de rideau

MIGUELTORENA

40

DARMENDRAIL

39

MASTERS DE BAYONNE : LARRALDE – GUICHANDUT IMPRESSIONNENT

20160728-Masters-2eme-df-score

Les organisateurs ont fait le choix d’une opposition de « générations », l’expérience de Xala et Harismendy face à la fougue de Larralde – Guichandut. Mais chez ces jeunes il y a bien plus que de l’impatience, il y a déjà une belle assurance dans le jeu.

Dés le départ Larralde – Guichandut marquent leur territoire, ce soir le trinquet est à eux! Les points sont serrés, Peio Guichandut est omniprésent, Peio Larralde ne se fait pas prier pour terminer le travail entamé par son arrière avec des punpa xare exécutés avec précision. Et comme la chance sourit aux audacieux, leurs pelotes finissent à plusieurs reprises leur course sur l’arrête du tambour.

A aucun moment Xala et Harismendy n’ont semblé en mesure de les faire douter. Sûrs de leur force individuelle et de leur cohésion d’équipe, ils nous ont offerts de magnifiques points. Dans son interview (ci-dessous) Peio Larralde fait d’Etchegaray et Ducassou les favoris de dimanche prochain; « ils ont battu les champions les champions de France ». Tactique de vieux briscard, il se place en outsider pour déporter la pression sur ses futurs adversaires. Dimanche les jeux sont ouverts, bien malin qui peut prédire qui l’emportera.

Xala : « Ils ont été costauds toute la partie »

Larralde : « On va tout faire pour les battre, ça vaut le coup! »

 


MASTERS DES FÊTES DE BAYONNE

Jeudi 28 juillet. Deuxième demi-finale.

LARRALDE - GUICHANDUT

40

XALA - HARISMENDY

14

MASTERS DE BAYONNE : ETCHEGARAY-DUCASSOU GAGNENT LEUR PLACE EN FINALE AVEC AUTORITÉ

2 - copie3 - copieLa première affiche des Masters des fêtes de Bayonne était belle et semblait équilibrée : les champions de France, Waltary-Bilbao, étaient opposés à la paire qui monte depuis plusieurs semaines, Etchegaray-Ducassou. Ces derniers l’ont emporté sans conteste et avec autorité : 40 à 32 après avoir mené depuis le début (10/7, 10/16, 30/22). Sûr et déterminé, Ducassou a été impérial derrière et on voit mal qui pourrait lui piquer, un jour prochain, sa couronne de meilleur arrière. En parfaite entente avec Julien, en plein boom physique et dont les progrès sur la cancha sont énormes, il a régné en patron et a assuré complétement son rôle de leader. Un patron, c’est peut-être ce qui a manqué dans l’autre équipe dont les individualités n’ont pas fonctionné à l’unisson. Et leur coach Etcheto avait beau leur asséner : « Vous avez oublié de jouer ensemble ou quoi ! », rien n’y faisait. Bilbao, comme paralysé par l’enjeu, forçait et lâchait à droite pendant que Waltary sauvait la mise sur les buts avant de disparaitre, perdu… Les champions de France ont logiquement bu la tasse devant la marée violette qui les a submergés. Sur le trinquet Moderne, rouge et blanc mais pas tout à fait plein, planait l’absence de Jean-Marie Mailharro à qui vont toutes nos pensées amicales, en espérant le revoir vite près des canchas qu’il affectionne.

Julien Etchegaray : « Avec Battite, on a le même caractère de battant » :

 


 

MASTERS DES FÊTES DE BAYONNE

Mercredi 27 juillet. Première demi-finale.

ETCHEGARAY - DUCASSOU

40

WALTARY - BILBAO

32

 

Tournoi « Lo meste do marcat », trinquet Recalde

Mercredi 27 juillet

OSPITAL

40

De EZCURRA

37

Trophée de la Madeleine à Saint-Palais : OSPITAL-de EZCURRA EN PARFAITE HARMONIE !

Quelle bonne idée d’avoir remis un tournoi de la Madeleine au coeur des fêtes de Saint-Palais ! Les organisateurs avec l’aide d’Esku Pilota ont attiré les pelotazale dans ce merveilleux trinquet où histoire, architecture et sport se sont donnés rendez-vous depuis 1891. Demi-finales et finale ont donné lieu à de belles empoignades d’où est sortie vainqueur une paire à l’entente parfaite : Mathieu Ospital et Pascal de Ezcurra devant Alexis Inchauspé et Antton Amulet (10/7, 20/10, 30/14 puis 40 à 21). L’expérience de l’arrière qui est revenu à son meilleur niveau – quel plaisir de le voir placer ses pelotes sur la planche ! – et la jeunesse pleine de hargne et de talent de l’avant ont ravi le nombreux public, les supporters et supportrices et les parieurs dans les galeries. Dans la nuit chaude des fêtes, on a longtemps parlé de ce beau moment de main nue en Amikuze.

Pascal de Ezcurra : « J’ai pris beaucoup de plaisir dans ce trinquet que j’affectionne »

 



 

Tournoi de la Madeleine à St Palais

Mardi 26 juillet. Finale.

OSPITAL- de EZCURRA

40

INCHAUSPÉ - AMULET

21