20160906-Pampi
Entre pelote et rugby

pampi-portraitDepuis la nuit des temps, s’il y a bien deux qualités qui dominent les autres chez les basques ce sont la force et l’adresse. En effet parmi tous les sports que l’on pratique, surtout ceux d’adresse, on remarque que les basques sont doués et ma propre expérience au service militaire (bataillon de Joinville) me le démontrait tous les jours au contact d’autres sportifs de renom. C’est ainsi pour tout les basques quand on pratiquait « l’omnisport » au service militaire.
Parmi tous ces sports deux ont la préférence des jeunes chez nous, la pelote et le rugby, lequel choisir?
A mon avis les deux sont très compatibles jusqu’à un age ou la croissance décide de la morphologie du futur athlète. Les jeunes étant souvent convoités par les dirigeants des deux sports nommés et ont du mal à se projeter.
Il ne faut surtout pas leur interdire l’un ou l’autre, car l’interdiction provoque le désir, kaxu!
Le mal de main, l’esprit d’équipe et la médiatisation pourraient être des facteurs de choix du rugby, surtout à un jeune age.
Mais le désir d’exploit individuel rattrape les futurs champions, surtout que maintenant le mal de main harrassant est largement atténué par les protections (tacos bien posés) et les massages. Facilitant ainsi la pratique de la pelote à main nue, sans en dénaturer le jeu.
Amis dirigeants de tous sport, vous qui donnez de votre cœur et de votre temps sans compter, laissez-les guider leur choix et c’est évident que notre terre (gure lurra) donnera encore plein de grands champions dans toutes les disciplines sportives, et la nature fera le reste, n’est-ce pas Julien?
Gora gure kirolariak!

Julien Etchegaray avec Battitte Ducassou qualifiés pour la finale des Masters des fêtes de Bayonne 2016

2 - copie