BIDART : LES PEIO SE FONT PLAISIR ET NOUS RÉGALENT !

Quelle belle finale ce samedi soir à Bidart ! Elle était attendue et le nombreux public venu admirer les artistes de la main nue dans ce demi-trinquet n’a pas été déçu : il a assisté à une superbe partie menée de bout en bout par les deux Peio, heureux d’être ensemble (10/6, 20/14, 30/19 et 40/32), avec toutefois une remontée d’orgueil vers la fin du couple très costaud Ospital/Ducassou qui reviendront à trois points (31/34). Ducassou a subi une pression qui l’a fait sortir de ses gongs à plusieurs reprises pendant que les deux avants nous ont régalé par des moments de mano a mano chaleureusement applaudis. Les plus forts ont gagné sans conteste : Larralde a déployé avec détermination son talent que personne ne fait trembler aujourd’hui et sur lequel Guichandut a surfé pour offrir non seulement une belle résistance à Baptiste mais aussi et surtout pour permettre pas ses belles planques et ses pelotes hautes et longues – le demi-trinquet s’y prêtait à perfection – à son avant de briller par ses finitions. Voilà un trophée qui pour sa deuxième année a conquis déjà un public fidèle. Bravo aux organisateurs et aux immenses champions. Et merci à l’ami Marc Mittoux pour ses photos.

À noter que lors du lever de rideau, nous avons revu avec plaisir Mickael Palomes qui avait disparu des canchas pendant  un an d’absence pour blessure. Associé à Darmendrail, il a battu Etcheverry/B. Larralde 40 à 30. Une belle rentrée qu’il nous commente plus bas.

LES DEUX PEIO NOUS ONT CONFIÉ LEUR JOIE D’AVOIR JOUÉ ENSEMBLE :

MICHAËL PALOMES RACONTE SON RETOUR SUR LA CANCHA :

Vidéo de la partie :


 

BIDART : GRANDE FINALE EN PERSPECTIVE CE SAMEDI

Quelle finale attendue ce samedi à 18h pour le tournoi de Bidart au complexe Kirolak aménagé en demi-trinquet pour l’occasion par l’association Pasoka ! Les quatre meilleurs joueurs actuels seront présents et la bataille risque d’être féroce. Au vu même des demi-finales que les paires Ospital/Ducassou et Larralde/Guichandut ont enlevé brillamment. Avec un Larralde impressionnant de classe et de facilité. Dans la première, Etchegaray/Bilbao n’ont pas brillé face à ces derniers (10/3, 20/8, 30/8 et 40/19) alors que la deuxième demi-finale a été plus disputée et le score ne reflète pas l’opposition solide que Bielle/d Ezcurra ont proposée face à une belle entente Ospital/Ducassou (10/3, 20/8, 30/14 et 40/18). On a d’ailleurs vu de très beaux ttantto applaudis par un nombreux public venu pour cette deuxième édition du trophée de Bidart. La finale devrait évidemment faire le plein samedi, l’affiche étant si attirante !

Merci à Marc Mittoux pour les photos des 4 finalistes

 

TROPHÉE LOHITZUN : UNE GRANDE PREMIÈRE POUR LES FRÈRES LARRALDE

Le public est venu en nombre pour voir cette finale qui oppose les frères Larralde à Olçomendy/Amulet.

Bixente, le jeune frère de Peio qui attendait ce moment depuis longtemps, est un peu tendu et met quelques points à entrer dans la partie. Ce qu’il arrive néanmoins à faire,  bien accompagné par son frère. Olçomendy / Amulet tentent de déplacer le jeu vers lui mais Peio recule et accélère le jeu.
Ne trouvant pas de solution face aux deux frères qui font preuve, comme on pouvait s’y attendre, d’une belle entente, Olçomendy / Amulet subissent le jeu et perdent, assez sévèrement, 40 à 19.

À noter en ouverture, une partie bien disputée que Larçabal / Martiarena ont gagnée 40 à 36 face à Bernard / Laborde.

Peio et Bixente Larralde :

Vidéo de la partie complète :

SAINT PALAIS : OSPITAL ET GUICHANDUT SORTENT LE GRAND JEU

Devant une belle chambrée venue de l’Amikuze et de nombreux supporters de Basse Navarre venus supporter soit l’équipe Etchegaray – Bilbao, soit Ospital – Guichandut.

Égalisations a 3, 4 ,6 puis Etchegaray – Bilbao mènent 15 à 11 suite à des erreurs inhabituelles de Mathieu Ospital (récupération de la partie des demi-finales, pansements épais). Mais ils s’accrochent 16 à 16,  17 à 17, et Guichandut sort le grand jeu et reprend les devants : 20 à 17 et 23 à 20 Égalisation à 23 au bout d une heure de jeu et de nouveau suite à quelques buts gagnants d’Ospital : 31 à 23 à leur avantage puis 35 a 26.

Et finalement 40 à 30 pour Ospital – Guichandut au bout d’1H20 de jeu.

ESPELETTE : À AGUIRRE/ÇUBIAT LE TROPHÉE IKEN OPTIKA

La finale du trophée Iken Optika au trinquet Dospi ce jeudi soir n’a pas traîné : après une entame équilibrée (10/8, les blancs Aguirre/Çubiat ont mis le turbot et ont vite fait la différence (20/14, 30/17 et 40/21). Leurs adversaires Maxime Etcheverry et Bixente Larralde ont manqué de punch et de cohésion et n’ont jamais été dangereux. Fébrilité et faute de jeunesse chez l’avant et main blessée chez l’arrière. Bref, devant une belle chambrée, Gregory et Bixente ont confirmé que leur place en finale n’avait pas été volée lors d’une demi-finale bizarre où, menés 37 à 21, ils avaient gagné 40 à 38 !

À noter que le juge Jean-Christophe Pechberty s’est claqué en début de partie et a été remplacé par Manu Martiarena.

L’interview de Gregory Aguirre :


 

FINALE A GARINDEIN : DEUX PARTIES EN UNE, OSPITAL/DUCASSOU VAINQUEURS

Très belle affiche ce dimanche à Garindein (Soule) avec quatre des meilleurs joueurs du moment. Le public a répondu présent, tout est en place pour une belle rencontre. Ospital/Ducassou rattrapent Larralde, la partie s’équilibre : 6/6, 7/7, 8/8, 9/9, 11/11 et 14/14. Mais petit à petit la puissance de Ducassou et la persévérance d’Ospital finissent par creuser un écart conséquent 32 à 20. Soudain Amulet glisse au fond du trinquet, se foule la cheville et sort. Dans les vestiaires son père lui remet cette cheville en place. Amulet revient sur la cancha dix minutes plus tard. Une nouvelle partie commence alors !

C’est maintenant Larralde/Amulet qui imposent leur rythme et qui petit à petit rattrapent le retard. Ils approchent d’une égalité à 35/34. Les derniers points furent superbes, avec notamment un 70ème point de plus de cinq minutes. Ducassou plus puissant fait plier Amulet dont les pelotes reviennent plus court.  Ospital/Ducassou l’emportent sans trembler 40 à 37.

En lever de rideau, Darmendrail a pris sa revanche sur Migueltorena en tête-à-tête (40 à 23). Durant les Masters, ce dernier s’était imposé 40 à 39.

Ducassou : « Il a fallu se battre jusqu’au bout »

Amulet : « On est revenu au score et on leur a mis le doute »


APRÈS SARE, LARRALDE/de EZCURRA RAFLENT LA MISE À MENDIONDE

Cette finale du tournoi de Mendionde, on s’en souviendra longtemps ! D’abord à cause du score – 40 à 39 – mais aussi et surtout, à cause de l’intensité de la bataille que se sont livrés Larralde/de Ezcurra et Bielle/Bilbao. Et si les premiers ont gagné, bien malin est celui qui aurait deviné l’issue de la partie à deux minutes de la fin. Certains parieurs sont devenus fous, parait-il…. D’ailleurs, ce sont les bleus qui sont passés en tête, c’est vrai d’une courte tête, pendant la première moitié : 10/9, 20/19. À mi parcours, les égalités se sont multipliées : 17, 18, 19, 21, 22, 24, 30… Une bagarre que les quatre protagonistes ont menée au plus haut niveau : Larralde, peut-être moins tranchant au but mais décisif à quatre mètres, de Ezcurra inépuisable comme à Sare et d’une technique parfaite, Bielle qui revenait à son meilleur niveau et Bilbao faisant parler la foudre que sa force lui permet de faire éclater à chaque instant… Un spectacle grandiose pour un trinquet où les mouches ont eu du mal à trouver un espace… Plus de 460 personnes aux dires de l’organisateur souriant comme un ange. Il fallait un vainqueur à Lekorne : sur la lancée de leur victoire à Sare, le couple rouge a eu le dernier mot grâce à Peio qui à 39 partout a osé un apuno à droite, non appuyé mais irrattrapable. Les sorciers de la technique étaient alors sacrés rois de Mendionde dans une ambiance de folie !

Peio Larralde nous a confié « s’être accroché jusqu’au bout. J’ai pensé quand on me disait à l’école de pelote, que les parties se jouent en 40 points. Pas moins. Alors on n’a rien lâché et ça a valu la peine. On a serré la planche pour qu’ils nous livrent une pelote à droite et on s’est montré solidaires… ».

Comme disait mon voisin, « on aurait pu dire que cette fois, on en a eu pour notre argent, mais la partie était gratuite ». Merci alors aux organisateurs ! Ainsi qu’aux vieux de la vieille qui se sont bien amusés, et nous aussi, en lever de rideau : Muscarditz/Oçafrain ont battu Ibarrola/Dermit 40 à 35.


TROPHÉE PARIÈS À SARE : LARRALDE/de EZCURRA RÉSISTENT JUSQU’AU BOUT !

Quelle partie formidable nous ont offert mercredi les quatre finalistes du trophée Pariès à Sare ! Le suspens n’a pas quitté le trinquet Pleka, plein comme un oeuf pour l’occasion. Et si Larralde/de Ezcurra ont mené depuis le début (10/8, 20/16, 30/24), Ospital/Bilbao sont revenus à égalité à 37 avant que Larralde dans un élan rageur termine fort la partie pour offrir la victoire à son partenaire de Ezcurra 40 à 37. Les quatre méritaient de coiffer la boina mais comme il fallait désigner un vainqueur, les dieux de la cancha ont choisi l’équipe la plus régulière et la plus résistante. On aurait pu penser que « l’ancien » Pascal allait craquer, victime des attaques incessantes au cinquième et sixième filets des rouges qui l’avaient choisi comme cible prioritaire. A se demander si c’était une bonne tactique car non seulement le Pascal n’a rien lâché en parcourant des milliers de kilomètres le sourire en coin mais cela a permis à Peio de conserver force et précision aux buts ainsi qu’à la conclusion des ttantto. Bref, de Ezcurra a fait sa partie de l’année et Peio a gagné son premier trophée Pariès des fêtes de Sare. Mention spéciale cependant à Mathieu Ospital qui est la révélation de l’année et à Bixintxo Bilbao qui nous a prouvé qu’il était revenu au top de sa forme. Le très nombreux public a longuement applaudi les quatre acteurs de cette belle finale de pelote.

Peio Larralde : « On s’attendait à une partie compliquée : on l’a eue ! » :

Et la finale du TROPHÉE ESKU PILOTA en place libre avec la très belle partie : ETXETO – CUBIAT contre ENDARA – OLAGARAY


SARE : LARRALDE ET OSPITAL MÈNENT LA FÊTE

Quelle chaleur en ce lundi de fête à Sare ! Quand Mediabask titrait « Ca va chauffer au trinquet Pleka », notre confrère ne se trompait pas…. Les demi-finales de ce trophée Pariès opposaient Larralde-de Ezcurra à Bielle-Guichandut et Ospital-Bilbao à Lambert-Ducassou. Les premiers ont gagné, sans avoir été vraiment inquiétés par leurs adversaires qui sont toujours restés à la traîne (10/4, 20/11, 30/20, 40/25 et 10/7, 20/14, 30/20 et 40/30). Les deux avants ont marqué le débat et Peio a dominé la partie comme le prouve la photo.

La finale de mercredi à 18h30 sera palpitante, d’autant que la thermomètre devrait baisser enfin. Il sera prudent d’arriver avant l’heure.

L’interview de Mathieu Ospital :

 

Vidéos complètes des deux demi-finales :

 

 


LARRESSORE : OSPITAL IMPÉRIAL GAGNE AVEC de EZCURRA LE TROPHEE PUYODEBAT

Encore un trinquet qui fait le plein : ce lundi c’était autour de Larressore pour la finale du trophée Puyodebat qui opposait Ospital-de Ezcurra à Monce-Ducassou. Paris divisés et galeries remplies pour cet événement des fêtes locales qui a tenu toutes ses promesses : on a assisté à une belle partie, longue (plus de 1h30), avec des rebondissements puisque les rouges (Ospital-de Ezcurra) après avoir mené le premier tiers (10/8 et 20/12) se sont fait rattraper à 20 et même dépasser (20-22). Alors, le jeune Ospital a sorti le grand jeu, buts, filets rentrants, amortis à droite, longues planches pour une série de ttantto de toute beauté (regardez le 33e point sur la vidéo (en cours de mise en ligne)…!). Il en a couru des kilomètres le Mathieu et voilà ce qui a donné de la confiance à Pascal et qui lui a regonflé les mollets. Il a même avoué après la partie avoir pris du plaisir, beaucoup de plaisir à se battre contre le numéro un du classement. Confiance et complicité ont grandi entre les deux futurs vainqueurs pendant que les blancs, victimes d’une surchauffe que leur avait coûté leur retour aux affaires à mi-parcours, perdaient pied et lâchaient bêtement des pelotes faciles. Belle partie plaisante à Larressore sous le regard amusé du patriarche Bergara qui racontait les exploits de ses ancêtres avec également beaucoup de plaisir. Bref, tout le monde est reparti content : organisateurs, joueurs, public, partenaires et amis d’Esku Pilota.

Pascal de Ezcurra : « Mathieu a très bien mené notre barque ! » :

Reportage TVPI sur la finale :